Les 5 dernières News.
titre:Un séisme a frappé le Sus du Mexique
auteur:J. Sintès
date:08-09-2017 


Un séisme de magnitude 8,4 a frappé le sud du Mexique dans la nuit de jeudi à vendredi, faisant au moins deux morts et déclenchant une alerte au tsunami.

Le séisme a été ressenti jusque dans la capitale où des centaines de personnes paniquées sont sorties avec précipitation dans la rue après le déclenchement de l'alerte sismique, qui prévient d'une secousse imminente, a constaté l'AFP.

L'épicentre de la secousse était situé dans le Pacifique à environ 100 kilomètres au large de la côte de l'Etat de Chiapas, selon le centre géologique américain USGS, qui a estimé que le séisme était d'une magnitude de 8,1.

Le Service de sismologie du Mexique a cependant estimé la magnitude du tremblement de terre à 8,4, ce qui en ferait le plus violent à avoir jamais été enregistré dans ce pays.

La secousse s'est produite à 23h49 locales (4h54 GMT) surprenant beaucoup d'habitants qui s'apprêtaient à dormir.

Elle a été ressentie jusque dans la capitale, située à un millier de kilomètres de l'épicentre, et refait surgir le traumatisme du séisme de septembre 1985.
Dans la rue, des gens en pyjama, se protégeant du froid avec des couvertures se massaient sur les trottoirs, alors que les immeubles tremblaient et vacillaient.

Le Mexique est situé sur un point de rencontre entre cinq plaques tectoniques et enregistre une forte activité sismique.

titre:Les éruptions péléennes
auteur:J. Sintès
date:26-08-2017 

Les éruptions péléennes sont particulièrement dangereuses

Ce type d'éruptions est particulièrement dangereux car il donne des nuées ardentes avec des coulées pyroclastiques.

Celles de 1902, en Martinique, ont instantanément anéanti la ville de Saint-Pierre et ses 28.000 habitants.

Elles proviennent de la brusque libération des gaz dans un magma particulièrement visqueux, car riche en silice, qui s'accumule lentement en surface en formant des dômes et même parfois des aiguilles.

titre:Le phare de la méditerranée toujours acrif
auteur:J. Sintès
date:26-08-2017 

Vulcain est en vacances à Stromboli !!

L'été est déjà bien entamé, mais pas l'énergie du phare de la Méditerrannée ! Le volcan Stromboli est toujours aussi actif !


titre:L'actu volcaniques vue par satellites
auteur:J. Sintès
date:03-08-2017 

L'actu volcanique vue par satellites: Nishinoshima,

La plupart des situations éruptives en cours sur la planète, du moins celles que l'on peut voire ou détecter (donc pas la majeure partie du volcanisme, qui est au fond des océans), sont actuellement plutôt stables.

Nishinoshima, Japon, au moins 150 m

L’éruption se poursuit toujours sur le même mode: mixte. Au centre de l'île l'activité explosive, strombolienne, continue de faire grandir lentement le cône qui trône et porte depuis l'éruption de 2013-2015 le point culminant, à plus de 150 m d'altitude.
Depuis cette zone d'émission de lave (point d'arrivée de la cheminée) une partie d'entre elle n'est toutefois pas pulvérisée en bombes-lappilis-cendres, mais s'échappe en direction de l'ouest où elle coule tranquillement, continuant ainsi à faire grandir le champ de lave ouest, et donc la surface occupée par l'île sur l'océan...et par là même la surface du territoire Japonais.

titre:Activité du Piton de la Fournaise
auteur:J. Sintès
date:30-07-2017 

Dimanche 30 juillet à 17h : INTENSITÉ STABLE, MAIS PEU DE PROJECTIONS VISIBLES

Voici les dernières informations précises données par l’observatoire de volcanologie aujourd’hui :




L’intensité du trémor volcanique reste à un niveau équivalent à 50% de la valeur observée en début d’éruption.
- Aucun séisme n’a été enregistré au cours des dernières 24 heures.
- La tendance observée sur les capteurs de déformation, notamment GPS, semble se stabiliser ou s’inverser (à la déflation). Ce paramètre sera à suivre ces prochains jours.

La reconnaissance de terrain réalisée ce matin avec le concours de la Section Aérienne de Gendarmerie et le PGHM, a permis aux membres de l’OVPF d’effectuer différents relevés sur site. Le cône éruptif continue son édification, il est désormais complétement fermé et présente une bouche principale d’où jaillissent des projections intermittentes.
Une deuxième bouche, plus petite, sur la bordure nord du cône est nettement moins active, seules quelques projections sont rarement observées. La majorité de l’activité se fait désormais en tunnels de lave. Des cassures au sein de ces tunnels laissent s’échapper des bras de coulées de faible extension latérale. Cette activité reste confinée dans la partie proche du cône effusive.

Le front de coulée n’a pas évolué depuis les derniers relevés et se situe toujours à 2.8 km de l’évent éruptif.
Les estimations réalisées par méthodes satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC - Clermont Ferrand) font état de débits minimums de l’ordre de 1-2 m3/s. 1


www.terreetvolcans.com v4.52 Tous droits réservés 2006.