Les 10 dernières News.
titre:Le Krakatau est en éruption
auteur:J. Sintès
date:21-02-2017 

Le Krakatau est en éruption

Depuis quelques jours le soupçon plane sur la situation de l'Anak Krakatau, le cône actif qui croit, éruption après éruption, dans la caldera formée lors de l'éruption cataclysmale de 1883.
En effet depuis le 17 ou 18 février le MIROVA a commencé à relever des signaux thermiques bien plus intenses (jusqu’à 10x) que ceux habituellement détectés pour ce volcan. De quoi songer qu'une activité éruptive est de retour, ce qui n'avait plus été le cas depuis au moins 2014 (un panache de cendres observé en mars de cette année-là).
D'après les bulletins du Global Volcanism Program, la sismicité restait toutefois assez importante, suggérant que le système d'alimentation n'était pas retourné dans une phase d'équilibre.
Mais pour être sûr qu'une activité éruptive a bien débuté, les signaux thermiques, lorsqu'ils sont peu nombreux, sont insuffisants: des observations sont plus intéressantes!


titre:Nouvelles de l'Etna (Sicile)
auteur:J. Sintès
date:14-02-2017 

Etna, Italie, 3330 m

L'activité sur le géant sicilien a de nouveau connu des modifications depuis le post précédent. Le trémor connait une très légère hausse, assez peu significative en réalité, depuis quelques jours, et la zone du col qui sépare les deux Cônes Sud-Est est de nouveau le siège d'une activité strombolienne.

Par contre il ne faut pas s'imaginer ne belle activité, bien intense: il s'agit plutôt de quelques explosions, visiblement plutôt bien audibles sur le massif, peu fréquentes et peu intenses.

Par ailleurs on peut noter de brèves émissions de cendres foncées, toujours au niveau de cet évent, et des lueurs incandescentes peu intenses et discontinues au niveau de la Voragine.
Le dégazage au niveau de cette dernière est très beau: soutenu et continu, il génère un beau panache clair (donc pas de cendres) bien régulier.
Le conduit à ce niveau semble donc bien ouvert, mais il n'est pas évident de savoir ce qu'il se passe précisément dans la Voragine.

titre:Activité du volcan Cleveland (Etats-unis)
auteur:J. Sintès
date:06-02-2017 

5 février 2017

Cleveland, Etats-Unis, 1730 m

L'AVO a préféré élever le niveau d'alerte aviation à l'orange aux environs du Cleveland le 03 février, non en raison d'une activité explosive en cours, mais en prévision qu'un telle activité ne démarre.

Les volcanologues américains ne s'attendent pas particulièrement à une activité explosive intense, mais la présence d'un petit dôme de lave, similaire à ceux observés au cours des dernières années, dans le petit cratère sommital de ce stratovolcan leur permet de penser que des explosions modérées peuvent se produire à tout moment.

De tels dômes empêchent en effet l'échappement des gaz contenus dans la colonne de magma et la pression ainsi générée se libère en détruisant tout ou partie du dôme. Le même type de situation se rencontre au Popocatepetl aussi, par exemple.

Généralement, en ce qui concerne le Cleveland, ces phases d'activité explosive sont très brèves et ne comptent que très peu d'explosions.

Le bulletin de l'AVO n'indique pas (car ce n'est pas évident de le savoir sans faire des observations directes, fréquentes et régulières) si le dôme de lave en question est encore actif. La question se pose tout simplement à la lecture des données du MIROVA, qui montrent que, début janvier, le sommet de l'édifice a été la source d'un rayonnement thermique modéré pendant plusieurs jours. Il n'est pas impossible que cela corresponde à la phase d'extrusion de ce nouveau dôme, dont la taille est vraiment petite (70 m de haut et forcément moins de 200m de large, puisque c'est le diamètre max du cratère).
Mais depuis lors le MIROVA n'a plus relevé de signaux sur l'édifice, ce qui pourrait s'expliquer par la fin de la phase d'extrusion.

titre:Notre site sera en vacances jusqu'en février 2017 !!!
auteur:J. Sintès
date:16-01-2017 

Notre site sera en vacances jusqu'en février car je serai en expédition sur
- La Martinique durant 8 jours et - La GUADELOUPE durant 8 jours
Départ le 17 janvier Retour le 03 février.

Vous aurez ainsi tout votre temps pour parcourir toutes les rubriques et articles de notre site.

Mais en février vous aurez, j'espère, le plaisir de voir le compte-rendu de ce merveilleux voyage et, sans doute, découvrir un beau reportage photographique.


titre:Séisme en Bretagne (Proche des cotes d'Armor !!!
auteur:J. Sintès
date:07-01-2017 

Bretagne: un séisme d'une magnitude de 3,7 sur l'échelle de Richter qui en compte 9 a été enregistré à 07h35 dans le centre de la région

Un séisme d'une magnitude de 3,7 sur l'échelle de Richter qui en compte 9 a été enregistré samedi matin à 07h35 dans le centre de la Bretagne, a-t-on appris auprès du Réseau national de surveillance sismique (Renass), basé à Strasbourg.

Le Réseau national de surveillance sismique (Renass), basé à Strasbourg, a confirmé le phénomène, après les nombreuses réactions d'habitants ayant ressenti les secousses. Selon les premiers éléments, il n'y a eu ni victime ni dégâts. L'épicentre de ce tremblement de terre, situé à une profondeur de 10 km, se situe dans un triangle compris entre les communes de Loudéac (Côtes d'Armor) et celles de Pontivy et Josselin, dans le Morbihan.

Selon les premiers éléments, il n'y a eu ni victime ni dégâts.

Le 11 décembre au soir, une secousse d'une amplitude voisine (4), dont l'épicentre se situait à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Brest, avait été ressentie jusque dans la cité maritime.

Plusieurs autres petits séismes ont également été ressentis en divers points de la Bretagne ces derniers mois

titre:Le volcan Bogoslof toujours en activité
auteur:J. Sintès
date:06-01-2017 

L'activité sur le volcan Bogoslof ne s'arrête pas

C'est effectivement sans grande surprise que l'on a pu voir ce matin un nouveau bulletin de l'Alaska Volcano Observatory qui indiquait avoir réévalué encore une fois l'alerte aviation au rouge (elle était redescendue à l'orange après la dissipation du panache précédent).

Cette décision fait évidemment suite à la détection d'un nouveau panache de cendres sur les image satellites, issu d'une explosion là encore assez violente, en tout cas suffisamment pour que le panache s'élève à plus de 10 000 m à nouveau.

Ce dernier a été à nouveau suffisamment chargé en particules pour générer une série d'éclairs intrapanaches, détectés par un réseau de capteurs sensibles à certains rayonnements éléctromagnétiques de grande longueur d'onde, générés par les éclairs, et détectables à plusieurs milliers de kilomètres alentours (réseau WWLN).

Des images prisent par ailleurs par les satellites MODIS à la toute fin de l'année 2016, montre qu'entre les explosions l'activité ne cesse pas. Ou dit autrement: l'activité éruptive du Bogoslof ne se résume pas aux seules explosions et leurs spectaculaires panaches.
Entre chacune d'elle l'évent actif, qui se localise sous une faible épaisseur d'eau, reste le siège d'une activité. Elle n'est pas encore caractérisée, faute d'observations assez précises (je ne désespère pas qu'il y en aura), mais en tout cas les gaz qui libérés en très grande quantité se mélangent aux eaux de la Mer de Bering pour donner un "panache subaquatique", alimenté en permanence, porté par les courants et très long, donc bien visible de puis l'espace.

La comparaison d'images ci-dessous permet par ailleurs de voir les changements de morphologie de l'île, malgré la très faible résolution des images en question (1 pixel pour 250 m), ce qui implique qu'ils sont très significatifs.

titre:Nouvelles du Kilauea
auteur:J. Sintès
date:05-01-2017 

Kilauea, Etats-Unis, 1222m

L'activité ne connait pas de changement particulier sur le volcan le plus actif de la planète. Les deux sites où elle se déroule, au sommet et sur la Rift-Zone Est, n'ont pas connu d'évolution depuis le post précédent: les deux lacs de lave (sommet et sur le bord ouest du cratère du Pu'u O'o) sont toujours présents, bien que seul celui du sommet soit surveillé de manière systématique.
Sur la Rift-Zone, une partie du magma émis suinte toujours en surface depuis la zone du breakout de l'an dernier et s'étale, ce qui étend le champ de lave 61G.

Le lac de lave présent au Pu'u O'o est tout aussi actif que son proche voisin, et il a pu être observé de manière rapprochée par les passagers de l'entreprise Paradise Helicopters, fin 2016.
Ils ont aussi pu repérer la source du champs de lave 61G, toujours bien alimenté, et dont le tracé se divise actuellement en fronts actifs:

- le première proche de sa source, qui progresse lentement vers l'est

- le second, qui progresse toujours en tunnels et arrive à l'océan à Kamokuna.

titre:Violent séisme en Indonésie
auteur:J. Sintes
date:30-12-2016 

Un séisme de 6,2 est survenu au large de l'île de Sumbawa en Indonésie.

titre:CHILI : Un puissant séisme de magnitude 7,7
auteur:J. Sintès
date:25-12-2016 

Chili: un puissant séisme de magnitude 7,7 enregistré dans le sud

Un puissant séisme de magnitude 7,7 a été enregistré dans le sud du Chili, a annoncé l'institut d'études géologique américain USGS, les autorités chiliennes précisant qu'une alerte au tsunami avait été lancée.

Ce tremblement de terre est survenu à 14H22 GMT dimanche, selon l'USGS. Son épicentre était situé à environ 1.000 km au sud de la capitale Santiago, à 40 kilomètres au sud-ouest de Puerto Quellon (sur l'île de Chiloé), et à 33 kilomètres de profondeur, a précisé l'USGS.

Le Centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique (PTWC) a émis peu après une mise en garde contre des vagues pouvant atteindre un à trois mètres de hauteur sur certaines côtes du pays. Il a invité les habitants à se conformer aux instructions des autorités.

Les premières vagues pourraient atteindre les terres à partir de 15H22 GMT.
Le dernier séisme important survenu au Chili remonte au 16 septembre 2015, avec une magnitude de 8,3 sur l'échelle ouverte de Richter. Il avait été suivi d'un tsunami, qui avait frappé durement le nord et le centre du pays, faisant quinze morts et plus de 16.000 sinistrés.

De grandes vagues avaient atteint le centre de plusieurs villes, dans la région de Coquimbo, où se trouvait l'épicentre du séisme, et dans celle de Valparaiso, à 120 kilomètres à l'ouest de Santiago. Le nombre limité de victimes s'expliquait par l'évacuation d'un million de personnes le long de la côte, quelques minutes après le séisme.

Ce tremblement de terre était le plus puissant enregistré sur la surface de la Terre cette année-là.

titre:Activités volcaniques
auteur:J. Sintès
date:11-12-2016 


Nouvelles émissions de cendres sur le volcan Ebeko

Après les quelques jours d'activité qui ont marqué la fin du mois d'octobre, la tranquillité semblait être revenue sur l'Ebeko, le plus septentrional des volcans actif des Kouriles, encore qu'il soit difficile d'en être sûr puisque pas une journée du mois de novembre le volcan n'a été libre de nuages*.

Mais depuis le 08 décembre les habitants de Sevaro-Kourilsk ont pu observer le retour d'émissions de cendres, plutôt faibles à modérées.
Elles proviennent toujours de la zone habituellement occupée par des lacs acides et une activité fumerolienne intense, signe qu'un système hydrothermal développé est présent sur le massif.
C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est possible que l'activité en cours soit d'origine hydrothermale ou phréatique donc sans présence de lave juvénile dans les dépôts, plutôt que magmatique ou phréatomagmatique.

Cette possibilité est soutenue par deux choses : - le panache est très clair, donc relativement peu riche en cendres et plutôt constitué d'eau
-historiquement, l'activité récente sur ce volcan a été marquée par plusieurs épisodes d'émissions cendreuses, similaires à celle d'octobre et à celle en cours: elle sont toutes été décrites comme phréatiques.

Un point sur l'activité de l'Etna

Après l'explosion du 10 octobre dernier l'activité sur le volcan Sicilien est restée calme et dominée par un important dégazage au niveau des cratères sommitaux.
Sur les webcams les plus sensibles aux faibles lueurs on peut noter parfois la présence d'une incandescence dans la Voragine (à priori) mais elle n'est pas continue.

Elle fluctue dans le temps, absente de longues périodes et puis réapparaissant parfois, souvent modeste, parfois suffisamment intense pour qu'on se demande ce qu'il se passe au fond du gouffre*. Un peu à l'image prisent dans la nuit du 25 au 26 novembre pour la première, et dans la nuit du 26 au 27 novembre pour la suivante.


www.terreetvolcans.com v4.52 Tous droits réservés 2006.