Les 5 derniers Articles.
titre:Le volcanisme de Santorin (Grèce)
auteur:J. Sintès
date:15-01-2018 


Pris par le temps, il m'est impossible de terminer l'article en préparation, suite à mon voyage à Santorin.

Mais il m'est impossible de résister à vous montrer quelques photos de cette merveilleuse île.


Coucher de soleil sur la Caldeira. Photo : J. Sintès.

L’île de Santorin fait partie de l’archipel volcanique des Cyclades, situé dans la mer Egée, à 75 km au sud-est de la Grèce continentale. Santorin est également connue sous le nom de Théra.

Coucher de soleil sur Théra. Photo :J.Sintès

Santorin est l’île volcanique la plus active des Cyclades et l’une des plus larges caldeira au monde : 11 km N.E. et 7,5 km E.O.


L'île Kameni. Photo : J. Sintès

La date exacte de l’éruption volcanique - qui serait responsable de la disparition de l’une des plus grandes sociétés égéennes du IIème millénaire avant notre ère - est évaluée entre 1650 et 1598 avant J.C.
Cette civilisation semblait avoir été fortement influencée par la civilisation minoenne, présente en Crète à la même époque.
L’effondrement du cratère, et donc de la formation de la caldeira, n’est pas du tout déterminé, puisqu’à la suite de l’éruption de –1650, la population avait complètement déserté ces îles, trop inhospitalières.
De même que l’envahissement de ce cratère par la mer est un mystère, les flancs qui ont résisté sont à l’origine de la formation des îles de Santorin (Théra) et Thérasia, Aspronisi.
Ces trois îles ont des bords à pic vers la caldeira de 250 m de hauteur et de 400 m sous le niveau de la mer.


Vue partielle de la Caldeira.Photo: J. Sintès

Au centre de la caldeira, deux îles volcaniques : Palea Kameni et Néa Kaméni (ancienne et nouvelle îles brûlées).
Néa Kameni (émergée en 1573) mesure 200 m de diamètre et 130 m de hauteur. Elle est constituée de douze dômes et cratères doubles de quelques mètres à 130 m de hauteur et 40 m de diamètre.


Cratère Kameni. Photo : J. Sintès

Le cratère double, à l’est du dôme Georgios, a 100 m de diamètre et 100 m de profondeur. Il émet encore des fumerolles … signe d’une activité persistante de 1570 à 1928 – 1941 - 1950 – 1953.


La plage rouge. Photo : J. Sintès

En juillet 1956, à 5 H du matin, un séisme d’une magnitude de 7,8 – qui a duré 45 secondes – fut à l’origine de 48 morts, 200 blessés et de la destruction de 2000 maisons.

titre:Merveilles géologiques
auteur:Damienne AUDOUX (T et V Conflans Ste Hne)
date:24-12-2017 


Merveilles géologiques :
Le GRAND CANYON parc national americain, situé dans le Nord de l'Utha

L’érosion a débuté au moment du soulèvement de la croute terrestre causé par le mouvement des plaques tectoniques il y a environ 70 millions d’années.
Ce soulèvement a séparé la zone de l’océan en élevant les plateaux de la région à environ 3000 m.
Les plus vieilles formations sont visibles au GRAND CANYON, au parc de ZION et BRYCE CANYON. Cette érosion a créé au fil des années des HOODOOS ou cheminées de fée



Séisme, volcanisme et failles
Quarante-cinq tremblements de terre ont affecté le Grand Canyon ou sa région au cours du XXe siècle : cinq ont atteint des magnitudes comprises entre 5 et 6 sur l'échelle de Richter10.
Aujourd'hui, il n'existe plus de volcan actif dans la région du Grand Canyon.
Les dernières laves datent d'environ dix mille ans.
La dernière éruption du Sunset Crater, situé au sud du Grand Canyon a eu lieu vers 1100.
La présence de nombreuses failles témoigne de l'activité tectonique qui a affecté et affecte encore la région du Grand Canyon.
La faille de Bright Angel Fault traverse le canyon entre Grand Canyon Village et la rive nord.

titre:En Indonésie, le Volcan AGUNG en alerte rouge
auteur:
date:27-11-2017 
lien:https://www.youtube.com/watch?v=QJaNjeY7d_g 


Selon la classification du niveau de dangerosité d'une éruption volcanique en Indonésie, l'Agung est désormais en alerte rouge, ce qui signifie qu'une éruption importante avec des nuées ardentes est possible dans les 24 heures.
Des lahars sont déjà observables autour du volcan à Bali.

L'activité éruptive de l'Agung se poursuit ce lundi 27 novembre 2017 et elle inquiète suffisamment les autorités pour que l'aéroport international Ngurah Rai, près de Denpasar, la capitale de la province indonésienne de Bali, ait été fermé au moins jusqu'à demain. Au dernières nouvelles, 445 vols ont été perturbés et environ 59.000 passagers en ont subi les conséquences.

Des lahars, ces coulées de boues bien connues en Indonésie puisque leur nom en provient, sont apparues autour de l'Agung.
Mais elles n'ont pas fait de victimes, comme ce fut le cas en 1963 lors de la dernière éruption du volcan.
Les autorités avaient heureusement fait déplacer les populations qui pouvaient être menacées d'après les volcanologues.
Ces derniers sont effet capables d'estimer les risques en prenant en compte la topographie des terrains, l'histoire du volcan, voire en se basant également sur des simulations d'écoulements de cendres crachées par un volcan et emportées sous l'action des pluies.

titre:L'île volcanique de Madère
auteur:Jacques Sintès
date:09-10-2017 
lien:http://www.futura-sciences.com/fr/scientifique/t/terre/d/sintes_53/ 


Ayant effectué 2 séjours à Madère pour découvrir cette île volcanique qui m'attirait depuis longtemps mais dont la formation me posait des problèmes, j'ai ainsi réalisé un des mes (nombreux) rêves.


Photo : J. Sintès.


Ayant la possibilité d'aller la parcourir et de m'incoporer à un groupe qui étudiait la biodiversité de cette île, je passais un séjour particulièrement excitant sur ce laboratoire naturel.

FORMATION ET GEOMORPHOLOGIE


Madère est une île volcanique, surtout basaltique.
C’est un appareil volcanique jeune – d’environ 35 millions d’années – émergé de l’océan par éruptions successives, de type « point chaud » et son émersion ne remonte qu’à 8 millions d’années.


Photo : J. Sintès.


La dorsale de l’île a été formée par la coalescence de quatre grands centres éruptifs qui en constituent l’arête centrale. L’île se divise d’une façon naturelle en deux parties séparées par cette arête, la Ribeira Brava et la Ribeira de Sào Vicente.
A l’Est de cet axe se trouve la plus grande concentration volcanique avec les plus hauts sommets : le Pico Ruivo (1861 m), le Pico das Torres (1851 m) et le Pico de Arieiro (1818 m). Mais l’île en compte une centaine de plus de 1000 m de hauteur et une vingtaine de plus de 1500 m !


Photo : J. Sintès


A cette même époque, la Méditerranée commençait à se fermer et le volcanisme était encore en activité vers le Cantal.

La géomorphologie de Madère, avec des falaises au Sud et au Nord, est surprenante pour une île volcanique de « point chaud » que l’on croyait située sur la même dorsale atlantique que l’archipel des Açores. En réalité, son substratum repose sur un plan presque horizontal, rattaché au plancher océanique africain, dans les zones profondes du manteau terrestre, ce qui explique l’uniformité de l’ensemble des falaises et sa stabilité. Aucune secousse sismique importante n’a été enregistrée depuis sa découverte.

La formation des volcans de type « point chaud » demande des millions d’années, car l’activité éruptive sous-marine est freinée par la pression de l’eau et, à l’approche de la surface, par des éruptions subaériennes (phréato-magmatiques) violentes qui décapitent le sommet du cratère, au moment de la rencontre du magma et de l’eau.

Après émersion, la formation de l’édifice volcanique est bien plus rapide, grâce à l’accumulation des coulées.

Sur la côte Sud, la falaise de Cabo Girao est l’une des plus hautes du monde, avec près de 600 m de hauteur.

Les affaissements des zones centrales obstruaient les filons d’alimentation. Les réactivations internes formaient des fracturations et des fissures dans lesquelles se produisaient des intrusions de magma, provoquant des éruptions fissurales (qui donneront naissance à des dykes).

Les fortes pressions centrales, gonflant les flancs du volcan, procurent une instabilité des cônes adventifs qui, au cours des siècles, vont subir des secousses sismiques, mais, surtout, l’érosion par l’eau et les vents, créant des gorges profondes (les ribeiras).

En différents points de l’île nous trouvons de nombreux orgues basaltiques, prouvant l’importance du débit des coulées, de leur écoulement rapide et de l’humidité des zones rencontrées ; hélas, certains sites sont transformés en carrières.

Les nombreux sommets, le relief sculpté par l’érosion, les ravins profonds, rendent ces régions difficiles d’accès et il est impossible – dans la partie centrale – de ne pas penser à l’île de La Réunion.

Mais, lors de la formation des différents centres éruptifs, en particulier vers le Pico Ruivo, les coulées de basalte (voire de lacs magmatiques) devaient être très importantes à en juger par le nombre impressionnant de dykes (filon de roche magmatique dégagé par l’érosion).

Ceci, rajouté au courage et au travail légendaire des portugais qui ont aménagé ces « ponts » naturels reliant plusieurs gorges, font que Madère est un paradis pour les randonneurs, mais aussi pour les volcanologues et géologues. On y trouve même, sculptés dans le basalte, des sièges, ainsi que des tables pour pique-niquer.


Photo : J. Sintès.


Cette île a été baptisée l'île aux fleurs, en voici une preuve !!


Photo: J. Sintès.

titre:TAMBORA, l'éruption qui a changé le monde
auteur:Elmar Barlmae et Florian Breier
date:18-09-2017 
lien:http://www.futura-sciences.com/comprendre/d/dossier654-1.php?word=1178196702 



Samedi 23 septembre sur "ARTE" à 20h50
et dimanche 24 septembre à 15h50, toujours sur "ARTE"


C'est l'une des plus grandes catastrophes naturelles des cinq derniers siècles. Le 10 avril 1815, à Sumbawa, en Indonésie, le Tambora entre en éruption. En quelques jours, plusieurs mètres de cendres recouvrent l'île et toute vie disparaît dans un rayon de 500 kilomètres à la ronde. En plus de ses dix mille victimes directes, le cataclysme a des répercussions bien au-delà de l'archipel indonésien. Un voile de particules se dépose alors sur une vaste partie du globe.

Source : Télé poche


www.terreetvolcans.com v4.52 Tous droits réservés 2006.